Ecoles public VS Ecoles privée, Round 1 ! Fight !

Mon précédent billet a dérivé sur le sujet suivant, écoles public et écoles privé, dans un cas général bien sur. Cependant ce sujet étant vraiment passionnant pour moi, je crée donc ce petit billet afin que nous puissions débattre tranquillement et qu'ainsi nous n'ayons pas à réaliser de hors sujet sur le problème d'équilibrage des formules chimiques  :D :D .

Maintenant faut que j'arrive a bouger les com ici.... ça c'est une autre histoire.... Mais je vais faire plus simple, je vais simplement citer le départ de cette discutions faite avec notre Aroun nationale

Tout d'abord le point de départ :
Quote
bravo à Aroun pour ses explications bien claires...  :cool:
Tu as compris, félicitation. Moi pas, mais je me soigne (désolé mais ça me gave de rien comprendre donc irritation et réaction du tac au tac immédiate !)
Quote
Réflexion nulle de la part d'un prof: n'importe quel enseignant ayant jeté un coup d'oeil sur le devenir de ses élèves ne peut plus avoir ce genre de réflexion!!  >:(
T'as déjà vu des profs avoir des réactions normales dans le public quant tu leur poses des questions sur un cours ou 75% de leurs élève on compris et que le reste ils s'en foutent ?

Je te rassures ça existe et en plus ça se permet l'illustre privilège de te ruiner le moral en t'humiliant en public, j'y est gouté moi-même en ayant le succulent droit d'allez me faire faire fusiller au tableau en entendant abrutit de ça bouche et le pire c'est que je lui avais demandé d'y allez pour que je puisse mieux comprendre. On ne peut pas me reprocher d'avoir voulu faire des efforts. (Si j'avais eu un fusil  :sifflote: :sifflote: ) et mon seul souhait et de pouvoir allez cracher sur la tombe de cette pouffe devant ça famille le jour de son enterrement !
C'est même le genre de personne envers laquelle je n'aurai aucun regret à tirer dessus. Ce serait une bien belle Vendetta (Nao passe par là et comprends que j'ai lut la BD et vu le film)

Désoler de faire descendre certains de leur nuage mais ça ce fait et ça se fera encore. Pourtant c'était un collège de centre ville, mais public. Comme quoi il n'y avait pas que les gosses qui y étaient cons.

Par contre si, j'en est eu droit qu'a deux perles, un prof d'histoire et un prof de Français qui eux était vraiment très bon et qui comprenait qu'il fallait qu'il se remette parfois en cause si jamais on avait des soucis de compréhension.

Par la suite heureusement que le privé ma accueillis les bras ouvert, j'ai un BTS alors qu'on voulait me foutre en apprentissage ! Merci, au suivant !
La réponse d'Aroun
Attention à ne pas tomber quand même dans la caricature public = nullité / privé = fantastique ou encore celle de centre ville / autre.
Rien n'est aussi manichéen.
Il faut savoir qu'un prof dans le public et un prof dans le privé ont eu le même cursus universitaire et passent le même concours ! en tout cas c'est le même sujet corrigés par les mêmes correcteurs.
Il n'y a donc sur le papier aucune différence entre l'enseignement moyen d'un prof du privé ou du public.
Tu es tombé sur un enseignement privé qui te convenait, tant mieux pour toi, mais j'ai des exemples à la pelle de cas inverses.
Ma réponse :
Je répond à ton commentaire je lit et étudie le reste juste après (Merci pour le temps que tu passes, je suis vraiment un cas particulier et je te remercie pour ton aide)
 
Hors Manichéisme totale, j'ai bien indiqué que dans le public j'ai tout de même trouvé d'excellent prof donc pas de soucis la dessus il faut bien reconnaitre que certains sont excellent. Je n'ai pris que deux exemples mais hier soir je n'avais qu'eux en tête au moment de la rédaction.

De plus j'ai roulé ma bosse dans le public plus longtemps que dans le privée. Je pense que niveau manichéisme je suis plutôt loin.

Je sais ;) . Mais ça ne m'empêchera pas de dire que l'environnement de travail qui m'a été offert, la disponibilité des profs, leur aide et leur motivation ont été plus importante que dans le public. Sans aucune autre mesure, je me suis en plus plus amusé dans le privée que dans le public. Rien que de repenser à certaines choses qui se sont déroulés dans le public, là bas, ça me donne des frissons. Le seul endroit ou j'étais bien dans public c'était la bibliothèque au moins on me faisait pas chier et j'énervais la bibliothécaire de l'époque pour qu'elle achète que des bouquins sur l'Egypte  :^^;: :P . S'il y a bien une écriture que je connaissait bien, c'était les Hyéroglyphe ^^

J'y suis entré qu'au lycée pour le privé et j'ai roulé ma bosse en public, je ne sais pas si mon soucis datant du collège aurait eu une phase plus éclairé si j'y étais allez plus tôt, mais oui je l'avoue, je me suis épanouis de meilleure façon qu'en public. J'ai trouvé des personnes qui m'écoutais et qui faisait mieux, qui essayait de me comprendre et qui m'aidait. Dans le public, c'était l'inverse, j'ai toujours eu droit (à part pour certains que je remercies du fond du c½ur encore aujourd'hui) à l'info qui passe par une oreille et qui ressortait de l'autre. j'ai toujours cette sensation de "casse toi pov' con" et plus j'y repense et plus c'est ainsi. Comment être motivé par la suite, je te le demande bien... C'était une sorte de goût amer, une sensation de monter à l'échafaud tous les jours et ce collège de centre ville, pourtant réputé, était une figuration, a mon sens, de la Bastille. J'y mourrais peu a peu, a petit feu et mes premières crises d'anorexie remonte de là.

Tu sais quoi, je vais faire un autre billet avec comme base, notre petit discutions, nous sommes tous un peu hors sujet, je fait le nécessaire.
Maintenant nous pouvons reprendre les choses tranquillement. Ouf ^^ Je nettoie le topic précédent ou on laisse comme ça ?
Tags: bavardage
Last Edit: 24 January 2010 à 18h17 by vincz

Author Topic: Ecoles public VS Ecoles privée, Round 1 ! Fight !  (Read 36306 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Pour la petite histoire, j'ai commencé ma scolarité dans une (une seule) école publique. J'y ai appris à me défendre et me faire respecter. Voyant que je devenais très velu à la première embrouille, ma mère décida de me mettre dans le privé.

Du CP à la terminale, je suis resté dans le même établissement.

A l'origine mes parents avaient des thunes. Puis, leur affaire s'est cassée la gueule et moi j'ai commencé à changer. A revenir à mes bases, en fait.

Les trois dernières années de ma scolarité ont été catastrophiques, je n'avais qu'une envie, me barrer, mes notes étaient minables, je ne supportais plus les gosses de riches royalistes qui se trouvaient là.

J'ai eu le bac mention "jésus" : 10,08/20. Ca veut dire un bac ric-rac, mais pas rattrapé.

J'ai été conspué par certains profs, sur un bulletin j'ai la mention "quel avenir?"

Je pense repasser les voir ma thèse en poche pour coller ça sur le nez de l'enculé qui a osé m'écrire ça.

Aujourd'hui j'enseigne dans un endroit où les élèves, parfois, sont envoyés quand l'éducation nationale n'en veut plus des masses. Pour moi, ils ont tous un avenir.

Et pour la petite histoire, ma formatrice en équitation éthologique a un an de moins que moi, porte le même nom que moi, et a fréquenté le même établissement.

Les réflexions qu'elles a eu sont à la hauteur des miennes :

"t'as pas un grand frêre ou un cousin dans la classe au-dessus?" Elle répondait que non, mais manifestement, je n'avais pas tracé la meilleure des voies pour une éventuelle succession! Elle me connaissait comme un fouteur de merde, selon ce que lui disaient les profs.

Ils n'avaient pas tout à fait tort.

Alors bon, le privé, le public...Je ne suis pas certain de la supériorité de l'un sur l'autre. Juste que ce sont les entités qui composent les établissements en question qui influent sur la valeur de ceux-ci.

Offline phoenix-s

  • Modérateur
Alors bon, le privé, le public...Je ne suis pas certain de la supériorité de l'un sur l'autre. Juste que ce sont les entités qui composent les établissements en question qui influent sur la valeur de ceux-ci.
Entièrement d'accord avec toi. On entend toujours que le privé c'est mieux que le public etc. Après tout ce n'est pas l'établissement qui fait la réussite de l'élève (même si il y a un rôle minime quand même); c'est bien le corps enseignant ainsi que les élèves eux-mêmes.

J'ai passé toute ma scolarité jusqu'au bac en public. Le collège était excellent, les résultats très bons, le lycée avait dans les meilleurs résultats du département (92-93% de réussite au bac avec une section qui obtient depuis 3 ans 100% de réussite).

J'ai ensuite fait mon BTS en privé, les profs étaient tout aussi compétents et les résultats tout aussi bons (même moyenne pour le bac et aux alentours de 80% pour le BTS que je fais).

En parlant du collège où j'étais ça me fait penser que sa réputation était aussi bonne quand j'y étais qu'elle est mauvaise aujourd'hui, pourtant les profs n'ont pas changé.

Offline vincz

  • Modérateur
En parlant du collège où j'étais ça me fait penser que sa réputation était aussi bonne quand j'y étais qu'elle est mauvaise aujourd'hui, pourtant les profs n'ont pas changé.
C'est comme l'équipe de France non ?  :niark: :niark: :niark:

Je n'ai pas connu le privé, mais franchement, en France, je ne suis pas sûre que le privé soit meilleur que le public, je pense juste que dans le privé, les élèves sont plus surveillés, donc ça marche peut-être mieux pour les je-m'en-foutistes, et encore...

Offline Nao/Gilles

  • Admin
J'ai pas trouvé que la seule école privée où je sois allé (Collège de Marcq, un des 2-3 lycées les plus prestigieux de France, sic) soit *nettement* meilleure que mes écoles publiques... Les profs étaient un peu mieux mais pas tant que ça, je n'ai "cliqué" qu'avec un seul prof (celui de français, parce qu'on était tous les deux passionnés de mythologie), et les élèves étaient juste un peu mieux éduqués, mais tout aussi chahuteurs, et souvent conscients et satisfaits de leur propre condition (bourgeoise, pour ne pas le préciser).
Enfin, j'en ai quand même quelques bons souvenirs, mais c'est surtout parce que j'y avais un copain, dont j'ai oublié le nom de famille (et ça me taraude depuis des années que j'essaie de retrouver sa trace sur le Net...)